Vous écrivez?

Trucs et conseils pour publier des livres

Je rêve de publier des livres depuis l’âge de 13 ans.  À cet âge, j’avais déjà écrit un roman de 120 pages et deux ans plus tard, je finissais un deuxième roman de 150 pages.  Je voyais grand!  Je voulais être la plus jeune auteure du monde!  J'ai été très déçue quand j'ai lu qu'une fillette de 10 ans avait déjà publié un livre, alors j'ai décidé d'être une auteure tout court!  Même si j’ai dû attendre quelques années avant de publier mon premier livre, je n’ai jamais cessé d’espérer... et d'écrire! 
À 18 ans, une revue littéraire a retenu une nouvelle que j’avais écrite.  J’étais folle de joie!  Le mois où mon histoire était censée être publiée, je n’ai jamais trouvé la revue en magasin. La revue avait-elle fait faillite?  Je n’ai jamais su.  J’étais déçue, frustrée, fâchée.  J’avais touché mon rêve du bout des doigts mais il s’était évaporé…  J’ai gardé la lettre d’acceptation que j’avais reçue dans mes tiroirs.  Je l’ai encore d’ailleurs.  Et je n’ai pas perdu espoir.
Quelques années plus tard, j’ai envoyé un nouveau manuscrit à des maisons d’édition.  J’en avais sélectionné vingt.  Il m'avait coûté plus de cent dollars pour envoyer ces manuscrits, ce qui était un gros montant pour moi, puisque j'étais étudiante. Malheureusement, j'ai reçu vingt refus.  J’ai rangé ce manuscrit dans un tiroir, avec mes vingt lettres de refus, si impersonnelles et si semblables les unes des autres…


À 25 ans, j’ai envoyé un nouveau manuscrit à dix éditeurs.  J’ai reçu huit refus, un «peut-être» et un oui!  Le Serment d’Ysabeau a ensuite vu le jour aux éditions Joey Cornu.
Pour publier, il faut avoir du talent… et une tête de cochon!  La persévérance est de mise pour espérer un jour être publié.  Il faut cogner à toutes les portes, et parfois même plusieurs fois.
Voici quelques conseils, si vous rêvez de publier un livre un jour.
*   Avant d’envoyer un manuscrit à des éditeurs, il faut se relire plusieurs fois et surtout se corriger.  Je passe autant de temps (sinon plus) à corriger mes histoires qu’à les écrire.
*   Faites lire ce que vous écrivez à une personne qui vous fera une critique constructive.  Qu’on vous dise : «Wow!  C’est super bon!» n’est pas un commentaire qui vous aidera beaucoup. Demandez à votre lecteur de vous dire quelles sont vos faiblesses, quels sont vos points forts, quels sont les passages qu’il a moins aimés et ceux qu’il a préférés. Demandez-lui également de vous souligner vos fautes d’orthographe.
*    Lorsque vous envoyez un manuscrit, faites-le imprimer recto seulement, à double interligne et n’oubliez pas la pagination.  Pour relier votre manuscrit, vous pouvez le faire boudiner dans un centre de photocopies, ou encore utiliser des «duo-tang».  Ils sont toujours en spécial avant la rentrée!  Faites-en bonne réserve.
*    Avant d’envoyer votre manuscrit à des éditeurs, envoyez-vous une copie à vous-même, par courrier recommandé et n’ouvrez pas l’enveloppe.  Laissez-la chez vous, dans un tiroir.  Si jamais un éditeur voulait s’approprier votre texte, vous auriez ainsi une preuve de l’avoir eu en votre possession avant lui.  C’est votre police d’assurance.
*   Rédigez une lettre de présentation, où vous indiquez pourquoi vous avez choisi cette maison d’édition, précisez le titre de votre manuscrit, le genre de livre que vous avez écrit et le public cible.  Certains éditeurs aiment bien avoir un résumé de l’histoire et une biographie.  Vérifiez sur leur site Internet.
*   Ensuite, il faut cibler des maisons d’édition.  Il est préférable d’envoyer votre manuscrit à quelques maisons d’édition en même temps, pour mettre toutes les chances de votre côté.  N’hésitez pas à envoyer votre manuscrit à de jeunes maisons d’édition ou des maisons d’édition moins connues.  Ce sont souvent ces dernières qui publient plus facilement les nouveaux auteurs.  «Magasinez» votre éditeur.  N’envoyez pas votre manuscrit à une maison d’édition qui ne publie aucun livre du même genre que le vôtre.  Allez voir leur site Internet ou regardez en librairie le genre de livres que chacun publie.  Pour vous aider, voici quelques liens utiles :

*   Le fait de participer à des concours peut aussi ouvrir des portes.  Regardez dans votre journal local ou cherchez dans Internet. 
*   Soyez patient.  J’ai déjà attendu plus d'un an et demi avant d’avoir une réponse d’un éditeur.  En temps normal, la plupart des réponses parviennent après 6 mois.  Ne vous désespérez pas de recevoir des réponses négatives. Les maisons d’édition reçoivent des centaines de manuscrits par année, il est normal qu’ils en refusent la grande majorité…
*   Si votre manuscrit est accepté par une maison d’édition, il faut que vous acceptiez de retravailler votre texte.  Oui, l’éditeur peut vouloir modifier plusieurs aspects de votre histoire (les événements, les noms des personnages, le nombre de pages, etc.)  Chaque éditeur a sa façon de faire.  Certains sont plus «directifs» que d’autres.  C’est la règle du jeu, même si parfois c’est un peu frustrant quand on n'y est pas habitué.
*   Ne cessez pas de croire en vous, même si tous les éditeurs ont refusé votre manuscrit.  Continuez à écrire.  Plus vous écrirez, plus votre style s’améliorera. 
Bonne chance!